Mon enfant ...


19 Mar


Mon enfant, avant d'arriver, tu me demandais à ce que je t'aide à ne jamais oublier, à te rappeler d'où tu viens, à te raconter de belles histoires. 

Mon enfant, peux-tu maintenant me rappeler d'où je viens, peux-tu, à ton tour me raconter de belles histoires?


Mon enfant, dehors, c'est la tempête. Avide de pouvoir , d'oppression, d'argent, aveuglés par l'égo, nous détruisons notre Terre, notre mère. 

Le pouvoir rend aveugle, le pouvoir rend sourd. Nous n’entendons pas, nous ne voyons pas. Ne nous en veux pas, pardonne nous.


Dehors, c'est la tempête, le monde a perdu la raison, celle du coeur.


La Nature a décidé de prendre en main les choses, pour son plus grand bien, et celui de tous les êtres concernés.  

Elle veut une trêve, aujourd'hui tout s'arrête, aujourd'hui elle respire...  Il nous est demandé de retourner à l'essentiel, mais comment faire? 


En ces temps d'introspection, montre moi, montre moi l'innocence originelle,  montre moi la joie pure et sans retenue, montre moi l'émerveillement de la moindre découverte, montre moi... Montre moi comment ralentir.

Toi, enfant de la Terre, montre moi le plaisir de sauter dans une flaque d'eau, de ramasser des fleurs en t'émerveillant devant leur beauté, de chatouiller les pattes d'une sauterelle, de voler avec les oiseaux, de prendre son temps en suivant les traces d'un escargot. 

Puisses tes éclats de rire faire vibrer chacune de mes cellules.

Initie moi à ce plaisir de mettre les mains dans la terre, de m'allonger dans l'herbe et d'écouter, écouter le chant du vent, écouter la symphonie de la rivière. 

Prends moi par la main et allons observer, observer les nuages, et laisser notre imagination nous faire danser dans les étoiles, nous bercer avec la lune. 

Allons danser avec les fées, rugir avec les dragons, voler avec les licornes, Ré-apprends moi ce que j'ai oublié. 


                                         


A Toi, bel enfant qui vois et qui entend, 

A Toi bel enfant qui porte en toi l'amour inconditionnel,

Le jour où la colère se fera entendre plus fort que le coeur, va dans la rivière et déposes-la, laisse là s'écouler, au fil de l'eau. 

Le jour où la peur se fera entendre plus fort que le coeur, pose tes pieds dans l'herbe, et dépose là, laisse la profondément devenir lumière au contact de la terre.

Le jour où la tristesse se fera entendre plus fort que le coeur, laisse l'écume de la mer s'inviter sur tes joues, et déposes y tes larmes,  les vagues nettoieront ta complainte.  

Le jour où le doute se fera entendre plus fort que le coeur, soit à l'écoute, et laisse le chant de la vie imprégner chacune de tes cellules de joie et d’espérance.  

Tu as là une bien belle mission. Ne laisse personne te faire croire que c'est perdu d'avance, que c'est impossible. N'écoute qu'avec ton cœur, seul lui saura te dire ce qu'il faut entendre. Tu portes en toi le chant de la vie, c'est un chant puissant, un chant ancestral et transcendant. Alors laisse toi porter, chante ,danse, crée, brille! 

Parce que nous le savons, aujourd'hui plus que jamais, l'infiniment petit peut créer des choses infiniment grandes... 


Merci à toi, bel enfant.




 

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.